Dans la noirceur de la Jungle

Publié le Mis à jour le

« Adam a découvert en France un endroit où l’on peut tuer sans conséquences. « 

Michel_Lafon.png

Bon , ça y est , c’est mon tour de me coller à la tâche ardue de vous parler du quatrième bouquin de Mr Olivier Norek !

Le fameux et tant attendu Entre deux mondes !

Souvenez vous , je vous ai déjà pas mal parlé de cet auteur puisque Code 93 et Territoires ont été des coups de coeur , Surtensions un peu moins , mais ne revenons pas sur les sujets qui fâchent 😉

Entre deux mondes ne rentre pas vraiment dans une case , ni thriller , ni polar , ni réellement roman , roman noir à la rigueur mais je préfère presque le qualifier de témoignage , de documentaire tant on peut douter de la part romanesque du truc ( ce qui est confirmé par un encart en début de livre , seule l’enquête a été romancée ) !

Rassurez vous , bien sur , il y a du flic , des morts , une enquête mais attention , si vous cherchez à retrouver Coste entre ces lignes , vous risquez d’être déçus .

Tout comme vous risquez d’être déçus si vous passez à coté de cette lecture !

Vous me connaissez un peu , j’aime bien taquiner la bête au risque d’y perdre des plumes alors vous comprendrez ma frustration quand je n’ai rien réussi à trouver de négatif à dire sur ce roman .

Le pitch est simple Adam , flic à Damas , va fuir son régime et son pays , sa femme et sa fille sont parties un peu avant lui et il doit les retrouver dans cet El Dorado dont tout le monde parle , la Jungle de Calais .

Bastien , jeune flic français , fraîchement Nordiste pour raison familiale , se retrouve confronté à cet enfer dont tout le monde parle , la Jungle de Calais .

Deux visions , deux mondes , deux familles que tout oppose mais qui seront rassemblés autour de l’injustice que vivent les migrants.

Le tout saupoudré d’une disparition et de quelques meurtres pour lier les deux protagonistes principaux .

Mais ce qui frappe surtout dans le récit , c’est le réalisme , brut , agressif , sans barrière , personne ne peut ressortir indifférent après la dernière page .

« A la fin, il faudra regarder tout ce qu’on a accepté de faire. Et ce jour là, je refuse d’avoir honte »

C’est la vie qui est étalée noire sur blanc mais aussi la mort , dès les premières pages en mode uppercut , sans laisser le temps au lecteur de prendre son souffle .

La vie de Nora , Maya , Adam et Bastien , celle de Kilani et des milliers d’hommes , femmes et enfants de la Jungle .

Toutes ces vies qui laisseront une marque indélébile dans un coin de votre tête pour un bon moment .

Gros coup de coeur pour Bastien , criant d’espoir et de naïveté à son arrivée , éclaboussé de noirceur par la suite .

Pour finir , je me souviens de ce salon Fnac à Paris , où Olivier en parlant de son confrère Hugo Boris , auteur de Police ( indispensable dans votre bibli ! ) , m’avait avoué qu’après l’avoir lu , c’était LE bouquin qu’il aurait voulu écrire .

Et bien , Monsieur Norek , vous n’avez plus rien à envier à Hugo Boris .


  « On a 208 fois plus de chance de gagner au loto que de naître en bonne santé, dans un pays démocratique et en paix, avec un toit sur la tête « 

Ps 1 : Olivier Norek , Claire Favan , Nicolas Lebel et Jaques Saussey seront en dédicace ce soir à la librairie Honoré de Champigny sur Marne

Ps 2 : Le thé se fait très absent en ce moment du blog , mes plus plates excuses , bébé Alien m’empeche toute absorption de ma drogue favorite pour le moment ..

Publicités

5 réflexions au sujet de « Dans la noirceur de la Jungle »

    Yvan a dit:
    3 novembre 2017 à 14 h 23 min

    Une marque indélébile, je suis du même avis. Ce livre ne peut pas s’oublier

    Aimé par 2 people

      Un bouquin dans la Tasse a répondu:
      3 novembre 2017 à 14 h 36 min

      J’aurais juste un bémol sur la partie daesh qui si elle n’avait pas existée n’aurait pas changé grand chose à la puissance du récit ! Merci de ton passage !

      J'aime

        Yvan a dit:
        3 novembre 2017 à 14 h 44 min

        Pourtant je la trouve indispensable, moi. Parce que c’est la réalité, c’est ce que Norek a vu sur le terrain en y allant, comme tout le reste.

        Aimé par 1 personne

        Un bouquin dans la Tasse a répondu:
        3 novembre 2017 à 14 h 52 min

        Bien-sûr , le côté recruteurs je suis bien d’accord mais le 3 min 30 sans plus .
        Dis , il me faut bien dire qqch sinon c’est pas mon caractère 😁

        J'aime

        Yvan a dit:
        3 novembre 2017 à 14 h 56 min

        Ahahah 😉

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s