Point lecture : coup de coeur ET coup de flop…

Publié le Mis à jour le

Hellloooo !

Il fait froid et moche , mais hop hop hop , une tasse de thé pour se réchauffer et un article lecture , enfin !

Et croyez moi , je ne vais pas être tendre …

image

Je vais commencer par les mauvais points.

Depuis quelques temps , je creusais bookoff à la recherche de deux bouquins qui sortaient complètement de ma zone de confort puisque pas polars ou trucs du genre.

J’ai finalement cédé et je suis allée chez mon libraire de quartier , La griffe Noire , pour me procurer Kinderzimmer et Réparer les vivants. 

Les lectrices et lecteurs que je côtoient m’avait prévenue ce ne sont pas des livres jouasses mais pourtant vraiment top ..

Oui bah non !

J’ai commencé par Kinderzimmer de Valentine Goby :

 

En 1944, le camp de concentration de Ravensbrück compte plus de quarante mille détenues. Dans les baraquements, chaque femme doit trouver l’énergie de survivre, au plus profond d’elle-même, puiser chaque jour la force d’imaginer demain. Quand elle arrive là, Mila a vingt-deux ans ; elle est enceinte, mais elle ne sait pas si ça compte, ni de quelle façon.

 

Encore un texte sur la déportation mais abordé de manière différente puisque du point de vue de la femme , qui plus est enceinte.

Je ne vais pas vous mentir , j’ai eu quelques ennuis , c’est un très beau texte , empreint d’histoire , beaucoup d’informations , peut-être trop.

Mais , je n’ai pas eu d’émotions , je n’ai pas été renversée , je n’ai pas pleuré.

J’avais eu beaucoup plus de mal à lire Elle s’appelait Sarah que celui ci car j’étais vraiment bouleversée par le texte mais la …

Les descriptions parfois un peu longues cassent l’élan des mots et donc de l’émotion.

J’ai enchaîné par Réparer les vivants de Maylis de Kerangal :

 

«Le cœur de Simon migrait dans un autre endroit du pays, ses reins, son foie et ses poumons gagnaient d’autres provinces, ils filaient vers d’autres corps.» Réparer les vivants est le roman d’une transplantation cardiaque. Telle une chanson de geste, il tisse les présences et les espaces, les voix et les actes qui vont se relayer en vingt-quatre heures exactement. Roman de tension et de patience, d’accélérations paniques et de pauses méditatives, il trace une aventure métaphysique, à la fois collective et intime, où le cœur, au-delà de sa fonction organique, demeure le siège des affects et le symbole de l’amour.

 

Même réaction que le précédent , pas d’émotions 😦

Je pense que c’est volontaire , ce détachement total , pour séparer le côté médical du côté sentiment.

J’ai adoré en apprendre plus sur le processus du don d’organes , le cheminement etc mais putain que c’est long !!

Le livre ne comporte pas énormément de pages , j’ai mis plus que quatre jours à le refermer …

Trop de descriptions même pour une table de jardin ! C’est lent , TRES lent.

Certaines phrases s’étalent sur des pages entières , au détriment de l’histoire.

L’auteur passe plus de temps à décrire l’environnement qu’à s’attarder sur le pourquoi du comment les parents prennent leur décision finale.

Le sujet est intéressant , la manière dont il a été abordé beaucoup moins , c’est dommage.

Bon après ces deux semi échecs , je suis tombé sur une perle ,  chez bookoff ( ma deuxième maison ) :

 

Petit coup de gueule au passage :

Chère Marianne ,

Acheter un livre ou l’obtenir en presse , ne pas prendre le temps de le lire , le revendre sans meme enlever la dédicace, c’est honteux.

Ceci dit merci car il a pu se retrouver chez moi et etre apprécié à sa juste valeur.

Les Fauves , c’est le livre que vous devez lire absolument !

C’est un miroir parfait sur les divers événements qui ont touchés la France cette année ..

 

Votre pire prédateur : Celui qui vous aura apprivoisé.  » Torturez-la ! Violez-la ! Tuez-la !  » À la tête d’une ONG luttant contre le recrutement de jeunes par l’État islamique, l’ambitieuse Haiko est devenue la cible d’une terrible fatwa. Lorsqu’elle engage Lars comme garde du corps, le militaire tout juste revenu d’Afghanistan a un mauvais pressentiment. Sa cliente lui a-t-elle dit l’entière vérité sur ses activités ? Serait-ce la mission de trop pour cet ancien otage des talibans ? Dans cet univers où règnent paranoïa et faux-semblants, Haiko et Lars se fascinent et se défient tels deux fauves prêts à se sauter à la gorge, sans jamais baisser leur garde.

 

Gros gros coup de coeur , je l’ai dévoré , j’ai vibrer , j’ai eu peur , c’était parfait.

J’ai même été un peu gênée dans le Rer par une scène de fesses assez osée ….

Je ne sais pas vraiment comment décrire ce bouquin sans en dévoiler trop , c’est violent par sa justesse et par sa réalité.

L’auteur saupoudre entre les chapitres des extraits de textes provenant de journaux ou meme de Twitter , qui sont de « vrais » mots écrits après le 7 janvier , ce qui ajoute à la réalité du récit.

C’est merveilleux , ce frisson de ne plus savoir si on est fiction ou pas.

Les personnages sont haïssables et pourtant attachants , je me suis un peu doutée de certaines scènes mais la fin m’a perturbée.

Cela fait beaucoup réfléchir également !

Bref , j’ai adoré sans retenue.

Allez je file au ciné , bisous !

 

  • Kinderzimmer 7,80 euros
  • Réparer les vivants 7,70 euros
  • Les Fauves 20,50 euros

 

 

Publicités

5 réflexions au sujet de « Point lecture : coup de coeur ET coup de flop… »

    Valentine Pumpkins a dit:
    20 janvier 2016 à 11 h 12 min

    Héhéhé on est d’accord sur tout, Kinderzimmer, j’ai trouvé ça chiant même si l’histoire avait un bon point de départ, Réparer les Vivants, même constat, je ne l’ai même pas fini… Et Les Fauves ! La grosse claque dans ta face le machin ! Je l’ai lu avant les attentats de novembre (tu avais peut-être vu mon avis ? Chais plus) et ça m’avait déjà pas mal retourné, je n’imagine même pas le lire après… Et je vois tout à fait de quelle scène de fesses tu parles, j’étais dans le métro bondé et j’ai du rougir comme une donzelle en vérifiant que personne ne lisait par dessus mon épaule 🙂

    Aimé par 1 personne

      Athénaïs a dit:
      20 janvier 2016 à 11 h 15 min

      Ahahahaha mais ouiiiiii tout pareil ! Me disais mais si qq lit , mazette , je vais passez pour une chaudasse !!
      J’avais lu ton retour effectivement c’est pour ça que j’étais ravie ravie de le trouver en occasion !!

      Aimé par 1 personne

    Effraction réussie  « a dit:
    28 janvier 2016 à 17 h 00 min

    […] de mes sentiers battus fut meilleure expérience que précédemment […]

    Aimé par 1 personne

    […] déjà eu un énorme coup de cœur pour le précédent bébé d’Ingrid Desjours , Les Fauves , j’attendais donc avec impatience que La prunelle de ses yeux me […]

    Aimé par 1 personne

    Une auteure , une rencontre… « Un Bouquin dans la Tasse a dit:
    12 janvier 2017 à 20 h 51 min

    […] vous , je vous avais longuement parlé d’Ingrid Desjours pour ses deux précédents romans Les fauves et La prunelles des ses yeux publiés dans la collection La Bête Noire chez Robert Laffont […]

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s